LIEGE TRILOGIPORT, quel rôle joue-t-il dans le réseau transeuropéen de transport ?

Au cours de l’histoire, il a toujours été vital de disposer d’un système de transport efficace afin d’assurer le bon fonctionnement économique du territoire. La demande de transport résulte de besoins en marchandises et/ou services qui sont d’autant plus cruciaux lorsque que l’activité économique d’un lieu et des territoires qui le bordent est importante.

C’est ainsi que l’on s’est posé la question du rôle que le Trilogiport de Liège joue dans l’échiquier européen du transport de marchandises. Le Trilogiport se situe à Hermalle-sous-Argenteau sur la commune d’Oupeye, en aval de Liège, entre le canal Albert et la Meuse. Il constitue une plate-forme trimodale (eau-rail-route), d’où son appellation. Il est équipé pour accueillir le transport de marchandises par conteneurs. Ce projet, opérationnel depuis 2016, est géré par le Port autonome de Liège (PAL). Il a été piloté par le PAL et la direction générale de la Mobilité et des Voies hydrauliques de Wallonie. Dès 2006, un groupement d’intérêt économique s’est mis en place entre le PAL, le port d’Anvers et la SPI (agence de développement de la province de Liège) pour assurer la commercialisation du site.

La Commission européenne a pour objectif de réduire le fret routier

La Commission européenne (CE) a identifié neuf corridors transeuropéens de transports. Ce réseau multimodal (eau, rail, route, air) est développé dans un programme de financement des infrastructures de transport coordonné par le CEF (Connecting Europe Facility). L’UE apporte une contribution déterminante au développement de ces réseaux, mais les Etats gardent la compétence pour la conception, le financement et la construction des infrastructures.
En 2018, le transport routier de marchandise était le principal moyen de transport intérieur utilisé par les États membres de l'Union européenne. En Belgique, la majeure partie du transport de fret se fait également par voies terrestres. Sa part modale est de 72,1% (2018). Cependant, par rapport à d’autres pays d’Europe, la part modale du trafic fluvial n’est pas négligeable, puisqu’en 2018, elle représentait 16,1% contre 6% à l’échelle européenne.
La CE s’est engagée à respecter les enjeux environnementaux : réduction des émissions de CO2 et de polluants, réduction de la congestion routière et amélioration de la qualité de l'air. C’est pourquoi, elle a pour objectifs de renforcer, d’ici 2030, le transport multimodal (eau, rail, route) et de réduire de 30 % le transport fret de longue distance par route (>300 km). De ce fait, une des trois actions prioritaires du plan d’action 2014-2020 du CEF, vise à encourager le transfert modal du fret routier principalement vers les voies d’eau et de favoriser son intégration dans la chaîne logistique intermodale.

Les programmes d’investissements du CEF à l’échelle de la métropole liégeoise

Sur les neuf corridors transeuropéens de transports, identifiés par la Commission européenne, trois traversent la ville de Liège : Mer du Nord – Méditerranée ; Mer du Nord – Baltic et Rhin – Alpe. Le port de Liège et l’aéroport constituent deux nœuds stratégiques dans ces réseaux transeuropéens, identifiés par le CEF. Selon le CEF, Liège fonctionne comme un hub majeur, car plusieurs réseaux s’interconnectent. Le port de Liège fait partie du corridor Mer du Nord – Méditerranée. Il mène aux ports maritimes néerlandais au Nord et vers Marseille au Sud. C’est le troisième port intérieur d’Europe après Duisbourg et Paris. Tandis que les liaisons routières et ferroviaires font partie des corridors Rhin-Alpin et Mer du Nord-Baltic. Ces deux corridors connectent directement Liège à Aix-la-Chapelle et Cologne.

Depuis 2010, dans la métropole liégeoise, plusieurs programmes d’investissements du CEF visent à améliorer le transport de marchandises par voie d’eau.

Sur le tronçon Meuse/Canal Albert, l’objectif des investissements est de mettre en place une liaison fluviale continue à grand gabarit entre la Belgique et les Pays-Bas. Les nouvelles actions à venir font partie d’un projet à grande échelle « Maasroute ». Ces améliorations concernent notamment la poursuite de la modernisation des infrastructures sur les voies navigables de la Meuse et du Canal Albert (aménagements de quais, rehaussement de ponts) afin d'accueillir des navires plus nombreux et plus gros avec une charge plus élevée.

L’intérêt du Trilogiport dans le contexte européen

L’aménagement de la plate-forme multimodale du Trilogiport et de ses accès routier et ferroviaire, a eu lieu entre 2013 et 2015. Dans le rapport du CEF (2014) on peut identifier deux programmes d’investissements autour du Trilogiport : Liège Logistique Intermodal (terminal rail-route) et Liège Trilogiport (terminal route-rail-voie navigable).
La mise en place du Trilogiport répond ainsi à la volonté de la Commission européenne de favoriser le transfert modal du fret routier principalement vers les voies d’eau et de favoriser son intégration dans la chaîne logistique intermodale. Il constitue un terminal de transport multimodal équipé pour le transbordement et le stockage temporaire de marchandises par trois modes de transports différents (eau, rail, route).
De ce fait, le Trilogiport joue un rôle de nœud dans le concept d’un réseau en étoile transeuropéen. Le nœud central étant la plate-forme du Trilogiport qui rayonne en diverses directions. Le site a l’intérêt de permettre une intermodalité optimale, il rayonne selon trois types de réseaux : fluvial, ferroviaire et routier.
Accès fluvial : le canal Albert permet une connexion vers les ports maritimes de Rotterdam, Anvers, Zeebruges et Dunkerque.
Accès ferroviaire : le raccordement ferroviaire de la ligne 214 est opérationnel depuis 2021. Cette voie ferrée est connectée à la ligne 40 (Liège-Maastricht) au niveau de la gare de Bressoux. Cette connexion permet des liaisons directes avec le réseau ferroviaire européen, et même plus loin puisque l’accueil d’un premier train chinois (en provenance de Yiwu) a eu lieu, le 8 décembre 2020. Il y déchargeait des marchandises diverses à destination de plusieurs pays européens.
Accès autoroutier : sa localisation à proximité de plusieurs autoroutes permet un accès direct vers les Pays-Bas, l’Allemagne, la France et le Luxembourg (E25 Liège-Maastricht, E40 Bruxelles-Liège-Aix-La Chapelle, E42 Lille-Liège-Saint-Vith et enfin E313 Liège-Anvers).
Par ailleurs, indirectement, le Trilogiport bénéficie d’un accès aérien via la présence de Liège Airport, 7ème cargo européen. Situé à vingt kilomètres du site, il constitue un atout considérable.

Organisation du site de la plateforme multimodale Trilogiport

Le Trilogiport a donc pour vocation principale d’être un lieu de réception des bateaux venants des ports maritimes de la Mer du Nord et de distribution vers d’autres lieux. Le site occupe une superficie de 115 ha qui appartient à la Région wallonne. Il se répartit en trois zones : un terminal à conteneurs (1) ; une zone logistique (2) et un espace d’intégration environnementale (3). Le Port autonome de Liège, qui gère le site, attribue sur les deux premières zones, des concessions à des sociétés privées.


Occupation actuelle du site © Maison de l’urbanité

Un terminal à conteneurs (4,5 hectares actuellement sur les 15 ha disponibles)

Il est situé en bordure du Canal Albert. La gestion du terminal à conteneur a été confiée à la société DPW Liège Container Terminals. Cet espace sert à l’activité de chargement et de déchargement de conteneurs arrivant au moyen de bateaux. En 2019, il y a eu sur le site 312 bateaux chargés et 224 déchargés qui représentent un tonnage de 155 000 tonnes. Ces conteneurs sont ensuite, soit chargés sur des camions, wagons ou barges à destination du reste de l’Europe, soit stockés sur place dans les entrepôts logistiques pour être traités et réexpédiés après transformation.

Une zone logistique (60 ha)

Des entrepôts logistiques (300.000 m²) sont mis à la disposition d’entreprises utilisatrices de la voie d’eau et/ou du rail.
Diverses concessions ont été accordées à :

a. WDP, société spécialisée dans l’immobilier logistique (10 hectares). En 2016, WDP a mis en service un premier entrepôt (23.000 m²) qu’il loue à la société Tempo Log Belgium pour les activités logistique d'Alpargatas, le groupe brésilien qui produit les tongs Havaianas.

b. D.L. Trilogiport Belgium - Jost Group, société spécialisée dans le transport et la logistique de marchandises (30 hectares). En 2018, Jost Group a mis en service un premier entrepôt (44.000 m²). Un deuxième entrepôt est planifié pour 2021 (30.000 m²). Il sera notamment le site idéal pour les importations avec la Chine et pour la distribution sur toute l’Europe.

c. Weerts Supply Chain (WSC), société spécialisée dans le service logistique (20 hectares). WSC finalise la construction de deux entrepôts logistiques d’une superficie totale de 85.600 m² dont un entrepôt réfrigéré attribué aux produits frais et alimentaires. L’autre entrepôt est occupé par une société alimentaire spécialisée dans l’e-commerce (PFS Web) et une société qui relève du domaine industriel (Prayon). La société a signé en novembre 2020, un partenariat avec Ethias qui acquerra notamment 50% des projets logistiques sur le site.


Entrepôt de logistique WDP, Tempo Log Source © Google map, septembre 2020

Espace d’intégration environnementale (25ha sur 40 ha)

A côté de la plateforme intermodale, un quart de la superficie totale du site comprend des espaces verts. En concertation avec les habitants et la commune d’Oupeye, un grand soin a été porté sur ces aménagements. Ils comprennent des pelouses, une zone arborée de 4ha, des zones humides, un verger et des jardins communautaires, des espaces de promenade, un espace destiné aux pêcheurs avec pontons et une piste cyclo-pédestre de 4 kilomètres, faisant partie du RAVeL Liège-Maastricht. L’aménagement de ces espaces permet de créer une protection acoustique et visuelle entre l’activité du Trilogiport et les quartiers résidentiels limitrophes.


Zone d’intégration environnementale, espace dédié aux pêcheurs © Oupeyeinfo-be

Quel est l’impact du Trilogiport en terme d’emplois ?

Selon le PAL, il y aurait, aujourd’hui 580 emplois directs sur le site : DPW (20), WDP (jusqu’à 100 selon les périodes), D.L. Trilogiport Belgium – Jost Group (60) et WSC (400). D’après le PAL, le ratio des 580 emplois générerait théoriquement, selon la SPI, 1.740 emplois indirects.
D’autres sources dénombrent moins de 200 emplois sur le site. En fait, il semble que les 400 emplois de l’entreprise WSC ne reflètent pas la réalité d’aujourd’hui. Il y en aurait beaucoup moins. Les 400 emplois concernent les négociations du contrat de concession et selon le rapport annuel du PAL de 2019, il s’agit d’une prévision dans les quatre ans.
L’objectif de faire du Trilogiport une place centrale au point de vue de la logistique fluviale est-il atteint ? C’est une des questions polémiques autour du projet. Pourquoi avoir investi autant d’argent et mobilisé autant d’hectares pour finalement avoir si peu de retombées en termes d’emplois ?

Actuellement, le site n’est pas exploité à son maximum. 122.600 m² ont été développés depuis 2016. Par exemple, le terminal à conteneur occupe 4,5 ha sur les 15 ha disponibles. La zone logistique de WDP devrait continuer à se développer avec la construction d’un nouveau hall de 25.000 m² en fonction des demandes de leurs clients. Jost Group prévoit un nouvel entrepôt de 106.000 m². On peut espérer que ces développements amèneront de nouvelles perspectives d’emplois.

Kim De Rijck

Sources :

- Commission Européenne, Aide d’État SA.58023 (2020/N) - Belgique - Prolongation du régime d'aide en faveur des modes de transport alternatif à la route pour la période 2021-2025, 2 octobre 2020.
- Commission européenne, CEF support to North Sea - Mediterranean Corridor, CE, mai 2020.
- Commission européenne, Mobilité durable, le pacte vert pour l’Europe, CE décembre 2019.
- DH, Trilogiport : enfin 2000 emplois ? publié le 09 décembre 2020.
- Eurostat, Energy, transport and environment statistics, CE, décembre 2020.
- La libre Eco, Le Trilogiport de Liège a accueilli le 1er train de marchandises en provenance de Chine, 09 décembre 2020.
- Port autonome de Liège, Dossier d’information sur la plate-forme multimodale Liège Trilogiport, 08 décembre 2020.
- Port autonome de Liège, Rapport annuel 2019, PAL mise en ligne le 13 mai 2020.

Pour aller plus loin :

- Centrale des bilans des entreprises :
https://cri.nbb.be
- Carte interactive des réseaux transeuropéens de transports :
https://ec.europa.eu/transport/infrastructure/tentec/tentec-portal/map/m...
- Liège accueille son premier train de marchandise :
https://www.rtbf.be
- Le Trilogiport sur la Commune d’Oupeye :
http://oupeyeinfo.be/Page123.html
- Le port autonome de Liège :
https://www.portdeliege.be
- Les réseaux transeuropéens de transports :
https://www.touteleurope.eu/recherche.html?q=r%C3%A9seau%20transeurop%C3...
- La société wdp :
https://www.wdp.eu