Tournai. Reconfiguration des quais de l’Escaut

Commencée dans le cadre de l’aménagement des espaces publics du centre-ville historique, la
requalification des quais de l’Escaut à Tournai s’achève avec les travaux de mise au gabarit européen du fleuve dans la traversée de la ville. Les 4.000 mètres de quais rénovés dans l’intra-muros embellissent la ville.

Un partage équilibré des circulations. ©JM.Degraeve

Une ville au fil de l’eau

La ville de Tournai s’est développée en symbiose avec l’Escaut. Après la ville romaine établie sur la rive gauche, la cité moyenâgeuse s’étend sur les deux rives du fleuve. Les sinuosités du fleuve dans la
traversée de la ville créent des séquences paysagères variées. L’aménagement des quais le plus emblématique est réalisé sous Louis XIV avec des alignements de maisons au style tournaisien caractéristique.
Malgré d’importantes démolitions lors de la seconde guerre mondiale, la cohésion architecturale des quais est préservée lors de la reconstruction. Les travaux de mise au gabarit international de 1.350 tonnes envisagés dans les années 1960 risquaient de bouleverser cet équilibre par les nombreuses démolitions nécessaires à l’élargissement du fleuve. L’alternative d’un contournement du centre-ville par l’arrière de la gare entraînant de grands travaux d’infrastructures, la solution retenue à la fin des années 1970 est un sens alternatif pour les bateaux dans la traversée de la ville.

Au début du XXIe siècle, la volonté européenne de créer une liaison à grand gabarit Seine-Escaut par un nouveau canal en France et l’adaptation de la Lys conduit les autorités wallonnes à mettre au gabarit européen de 2.000 tonnes la liaison Est vers la Meuse par la dorsale wallonne.
Outre l’adaptation des ouvrages d’art, le passage des bateaux nécessite d’adapter
deux goulots d’étranglement dans la traversée de Tournai : le quai Saint-Brice et le pont des Trous.


Continuité des matériaux dans toute la ville. © J.M. Degraeve

D’importants travaux

Dans la courbe du quai Saint-Brice, la largeur utile passe de 19 à 27 mètres afin de permettre le passage de bateaux de 110 mètres de long et 11,40 mètres de large. Bien qu’aucune démolition de bâtiments à front de quai ne soit nécessaire, d’importants travaux de génie civil sont réalisés
sur une longueur de 220 mètres : création d’un nouveau quai, renouvellement de l’égouttage et déplacement des impétrants.
L’élargissement du fleuve nécessite également la démolition d’une des piles du pont-à-Ponts et la démolition/reconstruction du pont.
Mais la partie la plus emblématique des travaux concerne le pont des Trous, porte
d’eau de la seconde enceinte fortifiée de la ville érigée au début du XIVe siècle.

Ce symbole de Tournai constitue un des rares exemples conservés d’ouvrage d’art fluvial de protection contre des envahisseurs. Il est composé de trois arches en arc brisé, autrefois équipées de herses, surmontées d’une courtine reliant deux tours sur les berges. Elargie et rehaussée lors de sa reconstruction en 1946 suite aux bombardements de la seconde guerre mondiale, l’arche centrale doit à nouveau être déconstruite afin d’offrir une largeur de 12,50 mètres et une hauteur utile de 7 mètres. Un premier projet prévoit la reconstruction d’un portique contemporain en résille métallique. Suite à une consultation populaire, l’idée est rejetée au profit d’une esquisse plus moderne. Cette proposition est abandonnée par le Gouvernement wallon qui opte pour une solution en pierre, dans le respect du caractère médiéval du monument et du rythme ternaire des arches. Outre le fait que l’arche centrale est élargie homothétiquement à l’ancienne, la reconstruction utilise au maximum les pierres récupérées. Afin de faciliter le passage des bateaux, deux lisses de guidage sont établies de part et d’autre du pont des Trous. Ces importants travaux sont accompagnés d’un aménagement piétonnier des abords du pont des Trous. Des gradins rapprochent les promeneurs du fleuve. Le passage piéton sur la courtine entre les tours est à nouveau possible. Une liaison piétonne est créée vers le parc voisin du « Jardin de la Reine ». Le pont du boulevard extérieur de la ville est doublé d’une nouvelle passerelle piétonne. Enfin, complémentairement aux travaux d’élargissement, une halte nautique dédiée au tourisme fluvial est aménagée dans l’importante surlargeur du fleuve à l’entrée Est du fleuve dans la ville.


Les travaux au pont des Trous mettront les promeneurs au contact de l’Escaut. © Bureau Greisch

Des quais reconfigurés

Dans le cadre des travaux d’aménagement du fleuve, les quais connaissent une transformation complète afin de les rendre plus conviviaux. L’objectif est de faire d’un lieu de passage un lieu de promenade. La circulation automobile le long des quais mise à sens unique améliore la sécurité des usagers. Le contact des promeneurs avec le fleuve est amélioré. Des aires des repos sont aménagées en contrebas des voiries et des gradins descendent jusqu’à l’eau au pont des Trous. Les matériaux utilisés sont similaires à ceux adoptés pour la rénovation des espaces publics du centre-ville : pavés de grès pour les trottoirs, pavés de porphyre posés en queue de paon pour la circulation automobile, béton matricé de teinte gris clair pour les emplacements de parking et dallages de pierre bleue pour les bords des quais. La continuité des équipements urbains est assurée par des bancs en pierre bleue et un mobilier urbain métallique pour les poteaux d’éclairage public, poubelles publiques, bornes de limitation de trafic et porte-vélos. L’ancien motif à « tête de lion » des garde-corps est utilisé pour leur renouvellement par de nouveaux poteaux en fonte. Le bois est utilisé pour la zone de repos du quai des Salines, les vastes pontons de la halte nautique, les lisses de guidage du pont des Trous ainsi que la nouvelle passerelle.
Enfin, là où la largeur des quais le permet, des alignements d’arbres en pleine terre accompagnent le fleuve sur ses deux rives. Cette trame verte et bleue équilibre le caractère minéral des aménagements dans la ville historique.


Le Marché aux Poissons et les façades Louis XIV. © J.M. Degraeve


Succès pour la promenade du quai des Salines. © J.M. Degraeve


L’élargissement du fleuve au quai Saint-Brice. © J.M. Degraeve

Un centre-ville revivifié

Cofinancée par l’Union européenne, la reconfiguration des quais est réalisée par le Service public wallon Mobilité et Infrastructures avec le concours du bureau d’études Greisch et de l’atelier parisien d’architecture Nicolas Michelin. Les travaux commencés en 2017 s’achèveront en 2022 par la finalisation du pont des Trous. Après la première étape de rénovation des espaces publics du périmètre Unesco en rive gauche commencée dans les années 2000, la requalification des quais termine la deuxième étape de la renaissance des espaces publics tournaisiens. La troisième étape qui porte sur la liaison du périmètre Unesco avec la gare en rive droite vient de débuter. Que vous connaissiez Tournai ou non, le nouveau visage qu’arbore progressivement la ville vaut assurément la visite !

Jean-Michel Degraeve

Plus d’infos

https://www.scaldistournai.eu