top of page

Développement autour des pôles-gare : fil conducteur pour les actions de la Maison de l'Urbanité

Article extrait du CEP 43 relayant une des activités de la Maison de l'Urbanité.

Dans une société où la transition énergétique devient un enjeu primordial, les transports ferroviaires semblent revenus au centre de l’attention du citoyen mais aussi des pouvoirs publics. Lieux stratégiques tant au niveau social qu’économique, les quartiers de gare et leurs espaces publics se voient offrir, depuis quelques années, une seconde vie. La Ville de Seraing a compris l’intérêt à investir dans un nouveau pôle gare dans le quartier d’Ougrée-Bas, un site bien connecté.


PREMIER ARRÊT : OUGREE-BAS, SERAING.

Une « journée contact »


Ce jeudi 9 juin 2022, à Ougrée, la Maison de l’Urbanité organisait, en collaboration avec la Ville de Seraing, l’AREBS asbl (association de redéploiement économique du bassin sérésien), ERIGES rca et le HUB créatif, sa première « journée contact » dans le quartier d’Ougrée à Seraing. Les 80 participants, majoritairement des habitants de la commune, étaient présents pour l’exposé de la régie communale autonome de Seraing, sur le développement des projets autour de la gare d’Ougrée.


Un nouveau visage pour le quartier de Ougrée-Bas


La ligne de train 125A a été remise en service en 2018 accompagnée par la création de deux arrêts supplémentaires dont un aux Ateliers Centraux.

Ce dernier se verra offrir une entrée par la construction d’une passerelle cyclo-piétonne (Agwa), de 180m reliant le parc de Trasenster aux Ateliers Centraux, anciennes halles industrielles rénovées et restaurées par le bureau Baumans-Deffet. Anciennement, ce pôle d’activité créait un dy namisme social et économique pour la commune. Il semblait donc important de lui redonner vie par cette restructuration des espaces publics du secteur.

Ce projet, dont le chantier est déjà en cours depuis 2021, prévoit, dans sa partie Est, un parking de 600 places pour le quartier et comme délestage pour toute la zone du Condroz. La halle centrale, mise en valeur par l’aménagement d’une traversée piétonne entre un bou-

levard urbain et la rue cernant le site, deviendra un espace public privilégié : une place appréciable pour l’événementiel et la rencontre. Par ailleurs, avec le rachat du Parc de Trasenster et de ses bâtiments, la Ville de Seraing a pour ambition de développer des activités culturelles et sociales, pour accroître l’attractivité du quartier et son économie. Cette acquisition permettra d’ouvrir le parc au public et de lui offrir un espace public vert remarquablement planté de 4 hectares. D’autre part, y est prévue la réalisation de 300 nouveaux logements dont 28, au tarif social, construits, financés et gérés par un consortium privé.Voilà qui devrait attirer un public actif, jeunes travailleurs et étudiants. Le château bâti au cœur du parc sera rénové par le partenaire privé pour y développer des services : cafétaria, terrasses, espaces détente, soit de la vie et de la dynamique. Le projet consiste aussi en la création d’un site dédié à la culture qui comprend la réhabilitation d’une ancienne salle des fêtes et la transformation d’un hôpital en école d’activités artistiques.


Situés à côté de ce grand parc chargé d’histoire, les 2 600 m2 d’anciens bureaux et

la salle de conseil de la Mairie d’Ougrée, sont eux aussi destinés à être rénovés et réhabilités dans le futur. Les nouvelles fonctions n’étant pas encore connues, des occupations temporaires y sont organisées par le collectif 11h22, spécialiste des Tiers Lieux.


De spectateurs à acteurs.


Avec une cheffe de bord comme animatrice de l’événement, les spectateurs ont embar-

qué pour une soirée riche en informations mais surtout en propositions.

Après un développement sur les enjeux des pôles-gare et l’exposé des projets d’Ougrée,

a eu lieu une séance de questions/réponses via un système permettant l’anonymat.

Le sujet de l’expropriation est ainsi abordé. En effet, le projet s’accompagne du rachat de certaines maisons, destinées à être démolies, pour la construction de nouveaux logements.

Munis de leur KIT de voyage fourni en dé- but de soirée, les voyageurs ont embarqué

dans un « train » virtuel s’arrêtant à 3 ateliers thématiques, concernant le logement, la mobilité et le secteur tertiaire.


A chaque arrêt, les participants ont été invités à présenter leurs suggestions pour ce nouveau pôle . La construction de logements intergénérationnels, l’aide à la personne en rénovant des maisons abandonnées, le tout en évitant la construction de nouvelles habitations, voici les principales propositions qui ressortent. Concernant la mobilité, la majorité des citoyens exprime l’envie profonde d’une intermodalité améliorée, afin d’avoir l’accès facilité aux quartiers, communes et « pôles emploi » avoisinants. Pour terminer, un focus sur le secteur tertiaire a clairement montré le souhait des habitants que cette zone accueille ce type d’activités. Entre non seulement commerces de proximité et HORECA, mais aussi services publics, culturels et sportifs, les idées sont nombreuses et indiquent bien les besoins d’une population ouverte à la nouveauté. Mais cela ne s’arrête pas là. Cette soirée aura une suite par l’organisation d’autres événements plus petits, plus thématiques, où d’autres sujets, comme la rénovation énergétique, seront abordés.


Une soirée à réitérer pour la Maison de l’Urbanité.


Durant ces « journées-contact », l’objectif est de rendre le citoyen acteur de son quartier et de sa ville. Cette expérience sera bientôt reconduite dans d’autres villes investissant dans leur pôle- gare avec ce schéma :

- Une présentation globale sur les enjeux mais aussi plus ciblée sur les idées de développement en cours;

- Une séance de questions/réponses, permettant aux personnes présentes de s’approprier le sujet dans une ambiance décontractée et d’exprimer leurs inquiétudes éventuelles;

- Les spectateurs deviennent acteurs. Les citoyens sont amenés à formuler leurs envies et leurs besoins par le biais d’ateliers sur des thématiques précises, tournant toujours autour des quartiers de gare.


Bref une méthode d’information mais surtout de participation !



Comments


bottom of page