top of page

La coconstruction, corollaire de la subsidiarité en développement territorial




Instruments de politique,

Juillet-Août-Septembre 2023


Hour-en-Famenne, 28 juillet 2023



Dans le projet de Schéma de Développement du Territoire wallon (SDT), adopté par le Gouvernement de Wallonie, le 30 mars 2023, douze défis sociétaux ont été identifiés pour mener à bien les transitions écologique, sociale, économique et démocratique. En matière de gouvernance, le dernier de ces défis apparaît fondamental : il s'agit d'agir collectivement et de façon coordonnée. Le texte précise que les citoyens, les milieux associatifs, les auteurs de projets, les entreprises, les intercommunales de développement, les communes, la Région, etc. contribuent, chacun à leur niveau, au développement du territoire. La réussite du SDT, est-il encore noté, demande la mobilisation de toutes les parties prenantes. Avant d'affirmer que, dans le respect du principe de subsidiarité, les communes wallonnes ont, dans leur sphère de compétences, un rôle pivot à jouer notamment en tant qu’autorité de proximité [1].



1. La (re)mobilisation du concept de subsidiarité


Certes, concevoir l'aménagement du territoire comme le produit de décisions individuelles et collectives dans un système d'acteurs n'est pas nouveau. Dans les travaux La Wallonie au futur, les groupes de travail animés par Jacqueline Miller et Luc Maréchal cultivaient cette vision de l'aménagement du territoire comme un grand dessein politique porté collectivement où le débat s'activait de la commune à la région et où le savoir commun s'élaborait par l'interaction [2].

La mobilisation du concept de subsidiarité telle qu'elle apparaît dans le projet de SDT 2023 est particulièrement intéressante pour qui veut se pencher sur des instruments de politique nouveaux. Son utilisation de la subsidiarité s'inscrit à la fois en continuité du SDER de 1999, mais aussi dans une certaine rupture avec celui-ci. En effet, si le SDER rappelait utilement dans son glossaire le principe par lequel chaque compétence doit être exercée à l'échelon le plus pertinent en termes d'efficacité et de coût et en cas d'équivalence, à l'échelon le plus proche du citoyen [3], il s'inscrivait plutôt dans une démarche ascendante où les communes agissent dans un cadre imposé par la Région sans qu'un principe d'opportunité guide l'intervention régionale au détriment des communes [4].

Lors de la séance de présentation du projet de SDT 2023 à la Plateforme d'Intelligence territoriale wallonne, le 6 juin 2023, les experts et responsables régionaux rappelaient que la logique de la subsidiarité était inscrite dans l'aménagement du territoire wallon depuis au moins 1991. En effet, les articles 11 et 12 du décret Liénard du 27 avril 1989 ont fondé les articles 21bis et 21ter du Code wallon de l'Aménagement du Territoire et de l'Urbanisme confiant invitant les Conseils communaux à établir un Schéma de Structure communal et en ont déterminé les modalités. De même, à la décentralisation du pouvoir régional vers la commune s'est ajoutée la participation des citoyennes et des citoyens au travers du renforcement du rôle de la désormais bien connue Commission consultative communale de l'Aménagement du territoire [5]. En défendant son projet de décret, le ministre Albert Liénard avait toutefois souligné que, s'il était adopté, celui-ci ferait naître un système hybride de deux régimes, l'un qui accorde une place prépondérante à l'intervention préalable de l'Administration régionale, l'autre, donnant aux pouvoirs locaux la possibilité, à certaines conditions, de prendre en charge l'aménagement du territoire communal [6].

En fait, dans son avis sur le projet de décret, le Conseil d'État, très réservé, avait pointé le laxisme de certains Collèges des bourgmestre et échevins dans l'octroi des permis de bâtir et de lotir ainsi que le fait que, en matière d'aménagement du territoire et d'urbanisme, les autorités communales sont particulièrement exposées à toutes sortes de pressions et ont du mal à y résister. En l'occurrence, pour le Conseil d'État, la proximité du pouvoir constituait dans cette matière un handicap plutôt qu'un avantage [7]. Le ministre et la majorité avaient plutôt pris le contre-pied de cet avis, considérant qu'en démocratie le niveau local est le plus immédiatement concerné par l'action collective [8].

Il ne nous appartient pas de juger ici et maintenant l'attitude des pouvoirs communaux depuis trente ans : ils sont assurément divers. Juste de constater avec la chercheuse en développement territorial Sophie Hanson que le principe de subsidiarité est avant tout un principe politique et que, dès lors, son efficacité est liée à l'usage que les acteurs en font ainsi que du projet commun qu'ils poursuivent ou non. Comme la maître de conférence à l'ULIEGE le constate, en l’absence de projet commun, le principe de subsidiarité ne peut que conduire à un échec [9].

Plus de trente ans après le décret de décentralisation et de participation, la subsidiarité est de nouveau à l'honneur comme principe de gouvernance dans la nouvelle mouture de SDT. Le projet commun est clair et se décline en fait de l'Europe au local. On le nomme dans le SDT optimisation spatiale [10] dans le sens d'une détermination des trajectoires communales de réduction de l’artificialisation des terres et de limitation de l'étalement urbain au travers du renforcement des centralités. Au dire de ses promoteurs, un partenariat [11] entre la Région et les communes constituerait la subsidiarité intelligente organisant l’établissement, selon les règles fixées par la Région, de Schémas de Développement communaux simplifiés.

Ces réformes visent principalement à réaliser le double objectif de l’inscription d’une trajectoire d’artificialisation nette de zéro d’ici 2050 et de la lutte contre l’étalement urbain d’ici 2050, soit concrètement la création de trois unités de logement sur quatre dans les centralités définies et cartographiées dans le futur SDT. Après l’entrée en vigueur du SDT, les communes disposeraient néanmoins d'un délai de cinq ans afin d'adapter leur trajectoire et leurs centralités, en fonction des spécificités de leur territoire et sur la base de balises fixées par la Région, par le biais de leur Schéma de Développement communal (SDC) ou d'un Schéma de Développement pluricommunal (SDPC). Si elles ne le font pas, ce sont les dispositions du SDT qui s’appliqueront. Afin, annonce-t-elle, de garantir l’effectivité de la subsidiarité, la Région proposera qu’un diagnostic territorial – à savoir l’analyse contextuelle de tous les schémas communaux – à l’échelle de la Région wallonne soit réalisé avec l’aide des agences de développement territorial. Un volet sur la planification commerciale sera également envisagé. En outre, des budgets seront prévus en conséquence.


Ces mécanismes pourraient correspondre aux quatre principes d'une subsidiarité active jadis prônés par l'ancien haut fonctionnaire français Pierre Calame.

1. C'est au niveau le plus "bas", le plus proche du terrain, que l'on peut inventer des réponses adaptées à la diversité des contextes et mobilisant au mieux les acteurs et leur créativité.

2. Cette invention doit se faire à l'intérieur d'un certain nombre de "contraintes" exprimées par le niveau d'au-dessus et qui résument les nécessités de cohérence.

3. Ces contraintes ne doivent pas être définies comme des normes uniformes, par des "obligations de moyens", mais par des "obligations de résultat", ce qui permet à chaque niveau (...) d'inventer les moyens les plus appropriés d'atteindre ce résultat.

4. Enfin, une obligation de résultat suppose une évaluation conjointe, elle-même moteur de l'innovation [12].


Bien entendu, la vocation des principes, c'est d'être mis en œuvre... Tandis que la subsidiarité ne saurait se limiter à la gouvernance des élus et des citoyens, entre la Région et les communes. Elle doit se faire avec toutes les parties prenantes, en particulier des entreprises qui, songeons-y, produisent l'essentiel du logement public et privé en Wallonie.



2. La coconstruction de politiques territoriales collectives


Écoutant dernièrement un échevin de l'aménagement du territoire d'une commune liégeoise qui disposait déjà d'un schéma communal et d'une vision claire de sa trajectoire regretter ne pas avoir été consulté en amont du processus d'élaboration du projet de SDT pour y voir inscrire la vision de sa collectivité territoriale, il me fallait bien constater que le type de gouvernance aujourd'hui sur la table est d'une autre nature.


Ainsi, comme dans d'autres domaines, nous sommes passés de la planification centralisée à la décentralisation-participation par consultation, à un nouveau type de processus fondé sur de la délibération et de la coconstruction. Avec cette coconstruction, comme le dit le géographe Jacques Lévy, on ne se contente plus de "consulter" des "usagers" ou même de proposer une "participation" à un projet. On construit ensemble. Démarche prospective en amont et évaluation en aval augmentent, pour le technicien comme pour le citoyen, les séquences de l'analyse et de l'action [13].


Alors que la capacité des acteurs - entreprises, associations environnementales, citoyennes et citoyens connectés et davantage organisés - évolue, certes à des rythmes différents, un autre modèle s'élabore. Ce modèle est fondé sur la coconstruction de politiques collectives s'associant au parlement, au gouvernement et à l'administration. Il s'établit dans le cadre d'ouvertures voulues ou forcées. Ainsi, des travaux méthodologiques se lancent sur ces questions de gouvernance dans différents écosystèmes : recherche et innovation, organisationnel ou territorial, aux niveaux régional ou européen [14]. Selon cette approche, la définition du projet et sa mise en œuvre résultent d'un travail collectif incluant tous les acteurs concernés.

Pour disposer d'une définition précise de ce mode de gouvernance, on dira avec le sociologue Michel Foudriat que la coconstruction peut se définir comme un processus par lequel un ensemble d'acteurs différents :

- expriment et confrontent les points de vue qu'ils ont sur le fonctionnement organisationnel, sur leur représentation de l'avenir d'un territoire, sur une innovation technique, sur une problématique de connaissance ;

- s'engagent dans un processus d'intercompréhension des points de vue respectifs et de recherche de convergence entre ceux-ci ;

- cherchent à trouver un accord sur des traductions de leurs points de vue qu'ils ne jugeraient pas incompatibles entre elles pour arrêter un accord (un compromis) sur un objet matériel (une innovation technique, un nouveau produit industriel) ou immatériel (un projet). Concrètement, le processus de construction aboutit à un document formel qui devient la traduction acceptable et acceptée par les différents acteurs parties prenantes [15].


Cette méthodologie, si elle est menée de manière ambitieuse et volontaire, est particulièrement adaptée pour construire des interventions associant aux élus des organisations, des entreprises, des collectivités territoriales et visant à transformer la société. Ces interventions vont de la conception à la mise en œuvre et à l'évaluation partenariale. En effet, les enjeux des politiques publiques et collectives deviennent de plus en plus complexes, aucun acteur ne pouvant à lui seul maitriser l'ensemble des dimensions constitutives d'un projet. De plus, ce management permet de répondre à la demande croissante des acteurs, citoyens-usagers à l'élaboration des décisions qui pourraient affecter leur vie ou la trajectoire de leur organisation ou de leur territoire [16].


Lorsque la coconstruction se situe dans un cadre démocratique, elle s'inscrit dans la démocratie délibérative qui vise, avant tout à apprendre les uns des autres, à améliorer nos convictions dans la vertu de confrontations politiques fondées sur la rationalité, à nous rapprocher de la résolution des problèmes qui se posent à nous. Cela présuppose toutefois que le processus politique ait absolument une dimension épistémique... nous rappelle Habermas [17]. Cela signifie que le processus est celui de la discussion - qui relève de la rationalité - et non celui de la négociation.





Le concept de coconstruction se différencie donc de ceux d'information, de consultation et de concertation : tous les acteurs participent aux délibérations et toutes les parties prenantes participent au processus décisionnel final [18]. Ainsi, pour les acteurs, participer à la co-construction démocratique des politiques publiques n’est pas faire du lobbying. Dans le lobbying, la partie prenante concernée cherche légitimement à convaincre les élus de prendre une décision politique à son avantage. Dans la coconstruction démocratique, les parties prenantes délibèrent, ensemble et avec les décideurs, pour construire un compromis et une politique visant l’intérêt général [19].


Au-delà de la mobilisation et de l'implication des parties prenantes concernées, la coconstruction démocratique doit permettre de créer les conditions d'une délibération productive qui débouche sur des décisions de politiques publiques pertinentes. Ce travail [20] suppose une méthodologie robuste. Les méthodes d'écoute, de facilitation, d'animation, d'intelligence collective, de médiation et de production développées, testées et construites au profit de la prospective territoriale peuvent être mobilisées très heureusement dans le cadre de cette coconstruction [21]. De même, et en amont tout comme au long du processus, la mobilisation multiacteurs des ressources et connaissances sera indispensable, selon des dispositifs et expériences déjà bien connus permettant d'unir les forces en vue du changement [22].


Reconnaissons qu'il s'agit d'une révolution mentale qui exige de fonder l'effort de toutes et de tous sur une intelligence partagée du bien commun, un affaissement des intérêts particuliers des groupes, chapelles, partis, et personnes, ainsi qu'une rationalité sans cesse rappelée.



3. Conclusion : le chemin de la contractualisation ?


Les chemins sinueux et ardus qu'ouvre le projet de SDT sont porteurs d'innovation et d'ambitions que l'on croyait oubliées. Voici plus de vingt ans, par le biais des aires de coopération supracommunale le SDER avait ouvert une capacité de renouvellement des outils de la gouvernance wallonne par la valorisation et la fédération de ces dynamiques territoriales contractuelles et endogènes : les communautés de communes, les projets de pays, les communautés urbaines, etc. Il s'agissait de favoriser une bonne application du principe de subsidiarité dans la mise en œuvre de politiques de développement, la subsidiarité n'étant possible, disait-on déjà alors, que s'il existe des dynamiques convergentes tant au niveau régional qu'au niveau local [23].


De manière encore un peu floue, le projet de SDT, avec son objectif d'optimisation spatiale peut constituer une formidable opportunité de réactivation d'une subsidiarité intelligente, de la coconstruction de politiques concrètes et de fructueuses contractualisations entre les instances régionales, les agences de développement territorial ainsi que les communes. Pour autant que les acteurs territoriaux puissent en relever les défis et surmonter les contradictions. Plus que jamais, c'est ce que nous rappellent Michel Crozier et Ehrard Friedberg, à savoir que le changement réussi ne peut donc être la conséquence du remplacement d’un modèle ancien par un modèle nouveau qui aurait été conçu d’avance par des sages quelconques ; il est le résultat d’un processus collectif à travers lequel sont mobilisées, voire créées, les ressources et capacités des participants nécessaires pour la constitution de nouveaux jeux dont la mise en œuvre libre - non contrainte – permettra au système de s’orienter ou de se réorienter comme un ensemble humain et non comme une machine [24].


Il ne fait aucun doute que l'ampleur du changement que nécessitent la fin de l'artificialisation des terres et la limitation de l'étalement urbain appellera des types de gouvernance et des instruments de politique tout à fait innovants et collectifs. Car, comme en rêvait Michel Lussault, il s'agit de construire une autre manière de concevoir l'aménagement et l'urbanisme. Désormais, l'enjeu consiste à modifier les compromis que les groupes humains posent pour définir les fondements de leurs pratiques d'habitation. Bien sûr, le compromis planète-Terre-Monde, du global à ses déclinaisons locales, mais aussi souligne le professeur à l'ENS Lyon, le compromis que chaque société considère comme légitime en matière de définition des modalités des relations entre les personnes, entre chaque individu et les groupes, et entre les groupes, soit, dit Lussault le pacte social du moment [25].


Car qui peut encore douter que c'est notre manière d'habiter ce monde qui en déterminera l'avenir ?



Philippe Destatte

Président de l'Institut Destrée




[1] SDT : une stratégie territoriale pour la Wallonie, Projet, p. 14-16, Namur, Gouvernement de Wallonie, 30 mars 2023, 212 p. - Je profite de cette note pour remercier mon collègue Christian Bastin, chercheur associé à l'Institut Destrée, pour ses remarques et suggestions portant sur une première version de mon texte. Cet hommage n'engage évidemment pas sa responsabilité. [2] Il faut relire l'ensemble de ces travaux : Jacqueline MILLER et Luc MARECHAL, Les habitants, le logement et l'aménagement du territoire, dans La Wallonie au Futur, le Défi de l'Éducation, p. 315-388, Charleroi, Institut Destrée, 1992. (avec des contributions d'André Verlaine, Nicole Martin, Louis Leduc, Jean Henrottay, Catherine Blin, Camille Dermonne et Philippe Doucet). [3] Subsidiarité, dans Schéma de Développement de l'Espace régional, adopté par le Gouvernement wallon le 27 mai 1999, p. A23, Namur, Ministère de la Région wallonne, 2000. [4] Sophie HANSON, Entre Union européenne et Région wallonne : multiplicité des échelons de pouvoir et subsidiarité territoriale, Thèse en Science politique et sociale, p. 278, note 1113, ULIEGE, 2012. Sophie Hanson observe d'ailleurs que dans sa fonction territoriale, la subsidiarité implique que l'échelon communal, le plus proche du citoyen soit privilégié, ce qui ne ressort pas de la définition figurant dans le SDER. https://orbi.uliege.be/bitstream/2268/104000/1/%28Th%C3%A8se%20Sophie%20Hanson.pdf Voir aussi : Charles-Hubert BORN, Quelques réflexions sur le système de répartition des compétences en matière d'environnement et d'urbanisme en droit belge, dans Revue juridique de l'Environnement, 2013/5, p. 205-229. https://www.cairn.info/revue-juridique-de-l-environnement-2013-5-page-205.htm Thomas BOMBOIS, Le principe de subsidiarité territoriale, Vers une nouvelle répartition des compétences entre le central et le local ?, dans Annales de Droit de Louvain, vol. 61, 2001, n°2-3, p. 365-388. https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal%3A97111/datastream/PDF_01/view [5] WALLEX, Décret de décentralisation et de participation modifiant le Code wallon de l'Aménagement du Territoire et de l'Urbanisme, 27 avril 1989. https://wallex.wallonie.be/contents/acts/0/108/1.html http://nautilus.parlement-wallon.be/Archives/1988_1989/PARCHEMIN/83.pdf [6] Conseil régional wallon, Session 1988-1989, Séance du mercredi 19 avril 1989, Compte rendu, p. 38. http://nautilus.parlement-wallon.be/Archives/1980/1357.pdf On retrouvait d'ailleurs cette approche dans l'exposé des motifs du projet de décret. http://nautilus.parlement-wallon.be/Archives/1980/1920.pdf Si l'Exécutif doit approuver le schéma de structure, il est évident qu'il n'y a plus décentralisation et autonomie. C'est nier le principe même de ce que nous voulons accorder aux communes. (p. 39). [7] Conseil régional wallon, Session 1988-1989, Séance du mercredi 19 avril 1989, Compte rendu, p. 34 (Intervention du député Alfred Léonard). [8] Ibidem. [9] Sophie HANSON, Le principe de subsidiarité constitue-t-il un bon outil pour assurer la répartition des missions dans un contexte supra-communal ? dans Actes du colloque "La fabrique des métropoles", 24-25 novembre 2017, ULiège, 2018. https://popups.uliege.be/lafabriquedesmetropoles/index.php?id=97&file=1 [10] L’optimisation spatiale vise à préserver au maximum les terres et à assurer une utilisation efficiente et cohérente du sol par l’urbanisation. Elle comprend la lutte contre l’étalement urbain. Projet de SDT, Namur, Gouvernement wallon, Version du 30 mars 2023, p. 7.- Pour le chercheur américain Eric Delmelle, l'optimisation spatiale consiste à maximiser ou à minimiser un objectif lié à un problème de nature géographique, tel que la sélection d'itinéraires, la modélisation de l'attribution de sites, l'échantillonnage spatial et l'affectation des terres, entre autres. Eric M. DELMELLE, Spatial Optimization Methods, in Barney WARF ed, Encyclopedia of Human Geography, p. 2657-2659, Sage, 2006-2010. - Tong DAOQIN & Alan T. MURRAY, Spatial Optimization in Geography in Annals of the Association of American Geographers, vol. 102, no. 6, 2012, p. 1290–309. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/41805898. Accessed 27 July 2023. [11] Voir la typologie de partenariats de Y. Bruxelles, P. Feltz et V. Lapostolle, Derrière le mot "partenariat", quelle est la relation recherchée ? prestation de service, information mutuelle, consultation, concertation, collaboration, coopération, réciprocité, apprentissage mutuel, fusion ? reproduit dans Guy BAUDELLE, Catherine GUY et Bernadette MERENNE-SCHOUMAKER, Le développement territorial en Europe, Concepts, enjeux et débats, p. 147, Rennes, Presses universitaires, 2011. [12] Pierre CALAME, Réforme des pouvoirs, des articulations grippées, dans Oser l'avenir, alliance pour un monde responsable et solidaire, Document de travail n° 100, Fondation Mayer, 1998. [13] Jacques LEVY, Géographie du politique, p. 261, Paris, Odile Jacob, 2022. [14] Philippe DESTATTE, Citizens ‘engagement approaches and methods in R&I Foresight, Mutual Learning Exercise: R&I Foresight - Policy and Practice, Discussions Paper, European Commission, Directorate-General for Research and Innovation, Horizon Europe Policy Support Facility, 2023. https://op.europa.eu/en/publication-detail/-/publication/d5916d5f-1562-11ee-806b-01aa75ed71a1/language-en/format-PDF/source-288573394 - On pense également au nouveau Collège de Prospective de Wallonie lancé en juin 2023 avec le soutien du Gouvernement de Wallonie. [15] Michel FOUDRIAT, La co-construction en actes, Comment l'analyser et la mettre en œuvre, p. 17-18, Paris, ESF, 2021. - M. FOUDRIAT, La Co-construction. Une alternative managériale, Rennes, Presses de l’EHESP, 2016. [16] Ibidem. [17] rgen HABERMAS, Espace public et démocratie délibérative : un tournant, p. 38-39, Paris, Gallimard, 2023. [18] M. FOUDRIAT, La co-construction en actes..., p. 18-19. [19] Yves VAILLANCOURT, De la co-construction des connaissances et des politiques publiques, dans SociologieS, 23 mai 2019, 39sv. http://journals.openedition.org/sociologies/11589 - Y. Vaillancourt, La co-construction des politiques publiques. L’apport des politiques sociales, dans Bouchard M. J. (dir.), L’Économie sociale vecteur d’innovation. L’expérience du Québec, p. 115-143, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011. - Y. Vaillancourt,La co-construction des politiques publiques : balises théoriques, dans L. Gardin & F. Jany-Catrice dir., L’Économie sociale et solidaire en coopérations, Rennes, p. 109-116, Presses universitaires de Rennes, 2016. [21] Voir le précieux Sam KANER, Facilitator's guide to participatory decision-making, San Francisco, Jossey-Bass - Community At Work, 2014. [22] Merritt POLK ed, Co-producing Knowledge for Sustainable Cities, Joining forces for change, London & New York, Routledge, 2020. [23] Ph. DESTATTE dir., Wallonie 2020, Un réflexion prospective citoyenne sur le devenir de la Wallonie, Actes de l'exercice de prospective mené en Région Wallonie de novembre 2001 à février 2004, p. 466-467, Charleroi, Institut Destrée, 2005. [24] Michel CROZIER et Erhard FRIEDBERG, L’acteur et le système, p. 391, Paris, Seuil, 1977. [25] Michel LUSSAULT, L'avènement du monde, Essai sur l'habitation humaine de la Terre, p. 263, Paris, Seuil, 2013.

Comments


bottom of page