top of page

Rallye piéton 2024 - Droixhe/Coronmeuse

Cette année, le Rallîdje faisait peau neuve. Vous étiez 125 inscrits pour cette édition du rallye piéton qui vous emmenait découvrir le quartier de Droixhe et Coronmeuse. En voici quelques extraits :

©Michel Houet


Après le Rallye piéton 2023 à Saint Léonard, ce parcours pédestre est la suite logique de la  (péri)urbanisation des quartiers nord de Liège, toujours en mutation. En premier lieu, nous vous promènerons à travers le développement de Coronmeuse dès la fin des années 30’, quartier industriel, mais aussi historiquement terre d’exposition et de grandes représentations. Ensuite, ce tracé vous baladera à travers l’histoire du quartier de Droixhe dès les années 60’ jusqu’à aujourd’hui. Tout au long de votre périple, l’histoire des quartiers sera confrontée aux nouveaux projets réalisés ou encore en développement.

 

La cité de Droixhe : Après  la  seconde  guerre  mondiale,  la demande en logements sociaux est telle que la Maison Liégeoise décide la construction d’un complexe de 1800 logements sur le terrain de l’ancienne plaine de champs de manœuvres à Bressoux, qu’elle acquiert en 1953. Situé à 3 kilomètres du centre-ville, le quartier aura un  accès  facile  à  la  ville  en  voiture  et  en transport en commun. Il sera intégré dans un voisinage préexistant tandis qu’il sera doté de ses propres équipements. La seule contrainte spatiale du concours lancé en 1950 est de conserver les 3 axes structurants de la plaine, à savoir le Boulevard de Lille, la rue Armand Rassenfosse et la rue Ernest Marneffe. C’est le groupe liégeois EGAU qui le remportera.

La première phase des travaux débute en 1954 et concerne les immeubles du secteur nord

qui comptent tous 12 étages. La deuxième phase  des  travaux  est  concentrée  sur  la construction des 5 immeubles de 21 étages du secteur dit ‘croix rouge’ à partir de 1965. Approche  moderniste  oblige,  les  bâtiments sont composés de panneaux préfabriqués de

béton armé.

En 1968, un complexe social vient doter le quartier d’une école primaire, d’une crèche, d’une bibliothèque, d’un commissariat et d’une salle des fêtes afin de conférer au quartier son indépendance en termes de services. Dans une idée fonctionnaliste, on souhaite faire de la cité de Droixhe un ensemble autonome. Trois espaces publics viennent compléter la réalisation : Le parc de Droixhe, la place de la Libération et le square Micha.

  • Source : Guide d’architecture moderne et contemporaine 1895-2014 (Cellule Archi, 2014)

 

Le remembrement : {…} Dans  les  années  90,  l’architecture fonctionnaliste commence à montrer ses limites. L’économie recherchée à travers la  standardisation  et  la  rentabilisation

maximale  laisse  comme  résultat, quelques années plus tard, des bâtiments  dégradés, exigeants en termes d’entretien et de coût énergétique.

Fin  des  années  90,  les  logements du  quartier  sont  saturés  et  90%  de  la population est composée soit de retraités, soit  de  chômeurs.  C’est  à  ce  moment qu’émerge  l’idée  d’une  opération  de requalification du quartier de la plaine de Droixhe avec comme objectif principal, le retour à son attractivité d’antan.

Après  divers  appels  et  de  diagnostics différents, c’est finalement en 2006 que le bureau Quadra & associés est désigné chef de projet dans le cadre d’un périmètre de remembrement urbain (PRU) de la plaine de Droixhe avec pour  objectif premier d’améliorer le cadre de vie des habitants. Le bureau propose de démolir certains bâtiments  en  vue  d’une  reconstruction adaptée  aux  besoins  du  quartier.

  • Source :  REQUALIFICATION DE LA CITÉ DE DROIXHE (Margaux Delhez, 2021), TFE, ULiège

 

 

Le parcours vous a permis de découvrir, entre autres, le site de Coronmeuse, la Galerie Nadja Vilenne établie à Liège depuis 1998, l’histoire du Parc Astride, le projet Square Micha en cours de développement par l’Atelier Chora ou le projet des nouvelles halles des foires : Liège Expo.

©Michel Houet

La Maison de l’Urbanité vous invitait, tout le long du parcours à (re-)découvrir le quartier de Droixhe dont la réputation de quartier-ghetto colle à la peau. Nous croyons que notre rôle en tant que maison d’urbanisme est aussi de rappeler à travers cette activité que si la population locale fut souvent désignée comme coupable idéal, c’est essentiellement la dégradation matérielle d’un rêve moderniste des années 60’ et la politique démissionnaire de gestion du quartier qui s’ensuivit qui sont ici en cause. À mi-chemin entre sa construction et son redéveloppement actuel, nous vous invitons vivement à découvrir l’infamous Droixhe à l’aube de l’an 2000, à travers le poignant documentaire ‘Un été à Droixhe’ (Richard Olivier, 1997). Il constitue, selon nous, un authentique témoignage de l’énergie et la richesse se dégageant d’une population multiculturelle subsistant malgré un quartier en ruine.

 

Merci à tous les participants et nos partenaires. Un merci particulier au Café le Parc de nous avoir accueilli. Si vous n’avez pas eu l’occasion d’y participer, notre carnet de route est disponible en version pdf. Contactez-nous !



©Michel Houet


Commentaires


bottom of page