top of page

Communiquer et créer du lien: l’Art dans l’espace public à l’initiative d’un groupe privé.


MX Temple (2019), Xavier Mary, Botanique 2024, Bruxelles 


Lorsqu'on évoque l'art dans l'espace public, on parle principalement d'art destiné au grand public. La création d'une installation visible dans cet espace, ou parfois à partir de cet espace (vitrines du projet Art au Centre) requiert la prise en compte d’un processus comportant différentes étapes, chacune indispensable et indépendante. Pour qu'un projet d'art public soit une réussite, il est impératif aussi que différents partenaires interagissent harmonieusement pour avoir une approche cohérente. C'est dans cette optique que nous structurons cet article en explorant ces différents aspects et en proposant une approche. 

Il est important de comprendre que notre perspective émane d'une entreprise privée, différente mais complémentaire à celle d'une institution publique. 

 

À l’initiative du projet – le commanditaire :  

Quand une entreprise privée se lance dans l’aventure du développement d’une œuvre d’art public, c'est souvent une démarche de communication essentiellement philanthropique. Dans notre cas, l’engagement en faveur de la création plastique contemporaine et de la scène culturelle locale existe depuis plus de 40 ans. Les soutiens que nous apportons prennent diverses formes : proposition et coordination de projets, aide financière, partage de réseaux, mise à disposition de locaux, de terrains, de moyens logistiques…  

Notre objectif, dans chacun de nos projets dans l’espace public, est d'intégrer l'art et la culture, au profit de la ville, de ses habitants et d’attirer des visiteurs venant de l’extérieur de la ville qui doivent devenir ses ambassadeurs. Nous croyons fermement que l'urbanisation culturelle génère une activité et une dynamique non seulement culturelle, mais également économique (city marketing) . À travers ces initiatives, nous voulons contribuer, avec une attitude citoyenne, au développement de la communauté urbaine" en offrant un "point de ralliement commun" fondé sur la culture. Notre ambition première est de participer au développement de la cité pour le bien-être de ses habitants, de créer du lien et de susciter le débat. 

 

Le financement :  

Un projet d’art dans l’espace public ne peut exister sans un financement. En tant qu'acteur économique de la ville, nous sommes conscients des défis auxquels les pouvoirs publics peuvent être confrontés pour financer toutes les initiatives souhaitées. C’est pourquoi nous soutenons ardemment les partenariats public-privé.  

Nous sommes convaincus que les entreprises privées doivent, si elles le peuvent, jouer un rôle dans la réalisation de projets citoyens à destination du grand public, y compris l’installation d’œuvres d’art dans l’espace public. Il est essentiel de noter que même si l’œuvre est financée et sponsorisée par une/des société(s) privée(s), l'espace sur lequel elle est implantée reste propriété du domaine public.  

On peut considérer qu’une œuvre d’art public, financée par le privé, est souvent une œuvre temporaire, mise à disposition. Le financement par une société privée repose également sur sa capacité à rassembler, grâce à son réseau et à sa proposition, divers acteurs publics et privés partageant la même vision.  

Il est donc important de comprendre qu’il n’y a jamais de création d’œuvre dans l’espace public sans l'intervention des autorités publiques. C’est un partenariat qui se construit dès les premières réflexions. 


Art au Centre, Vitrine Collection Uhoda, White Cube de Yasmina Assbane, Leakage 2023, courtesy _ Uhoda Groupe 


La thématique :  

L’art dans l’espace public ou vu à partir de l’espace public (projet Art au Centre dans des vitrines de magasins non louées) vise avant tout à décloisonner l’accès à la culture et aux arts plastiques en particulier, à les rendre accessible à tous. Il est donc impératif que les thématiques, les artistes et les lieux sélectionnés soient autant de vecteurs fédérateurs. L’art doit être un catalyseur de dialogue, d’émerveillement, de questionnement, un créateur de lien.  

Le projet Art au Centre auquel nous contribuons permet aussi à de jeunes talents d’avoir une plateforme pour se faire connaitre du grand public et à de jeunes curateurs de faire leurs premières expériences. Il est créateur de réseaux. 

Bien que, conscients que nos choix ne pourront plaire à tous, c’est l’écoute et le respect mais aussi l’ambition qui guident nos décisions.  

Une installation d'art public modifie inévitablement la perception qu’à le spectateur/le regardeur de l’espace concerné, et c’est là un des objectifs recherchés. Bien que certains puissent craindre le changement, notre volonté est de proposer une nouvelle perception des espaces choisis, de ressentir la ville différemment.  

Et puisque l’art public financé par le privé est souvent destiné à être temporaire, ce changement de perception, ce déséquilibre sensoriel, ne restera que de la durée convenue entre les partenaires.  

 

Le choix - L’œuvre - Le public :  

Notre approche est plutôt de choisir une œuvre d'art qui sera accessible au plus grand nombre.  

Le processus est souvent long et complexe. En tant que commanditaire, nous identifions d’abord une zone d’intervention. Ensuite, il faut contacter les autorités compétentes (ou les propriétaires pour Art au Centre ) pour étudier la possibilité d’implanter une ou des œuvres en fonction de l’espace retenu. En cas de réponse positive, nous sélectionnons un (des) artiste(s) qui correspond(ent) à nos ambitions. Il est important de souligner que tous les artistes ne sont pas aptes à réaliser des œuvres dans l’espace public. C’est une démarche artistique spécifique nécessitant des compétences particulières. Grâce à notre expérience et à notre connaissance du marché, nous identifions l'artiste le mieux adapté à nos attentes. C’est à l'artiste de proposer une démarche, une création en fonction aussi de l’environnement choisi.  

Cette contextualisation est fondamentale car l'œuvre d'art public n'existe que par le lieu pour lequel elle est créée. C’est ce dialogue entre le lieu, l'artiste et la création qui permet à une œuvre d'art public de provoquer ce changement de perception recherché, de créer la réaction. 

 

Les retombées :  

Nous sommes convaincus que l’art dans l’espace public a des retombées positives sur l’attractivité d'un lieu et de la ville. En tant qu'entrepreneur, c'est un aspect important pour le développement de nos activités ; la culture participe pleinement à notre communication dans l’entreprise et vers le monde extérieur ; elle crée un sentiment de fierté et positionne de façon positive notre marque et notre entreprise.  

Financer des installations d’art public est une démarche citoyenne bénéfique à maints égards. 


Plus d'infos :

Comments


bottom of page